Archives mensuelles : mars 2015

Le Château du Clos Lucé : Léonard visionnaire

Photographie du parc du Château du Clos Lucé © Picphotos.net
Photographie du parc du Château du Clos Lucé © Château du Clos-Lucé.

Cet article du site du Château du Clos Lucé, situé à Amboise dans la région Centre-Val de Loire, est consacré à l’aspect visionnaire de Léonard de Vinci et à ses nombreuses inventions dans le but de promouvoir le parc du domaine qui accueille des mises en scènes de machines du maître de la Renaissance. La page qui nous intéresse s’intitule « Léonard visionnaire » et reprend des aspects de la personnalité de de Vinci au travers de courts paragraphes, à savoir : la mécanique, les mathématiques, le génie civil et militaire, l’architecture et l’urbanisme.

Image1
Vue en contre-plongée du château du Clos Lucé © CRT Centre Val de Loire.

Le site se présente dans des tons rouge sombre mais la partie de la page qui accueille le texte est blanche pour une meilleure lisibilité. Un bandeau présente le nom du site : « Château du Clos Lucé, Parc Leonardo da Vinci, Amboise », puis propose un menu interactif de sept onglets pour naviguer sur l’ensemble des pages. En dessous, un second bandeau montre le détail des yeux de la célèbre création picturale de l’artiste : la Joconde. Sur le côté droit de la page, l’espace professionnel permet de préciser une éventuelle recherche et deux liens nous dirigent vers la boutique et la billetterie du château. Le design du site est relativement sobre et commun, il a l’avantage d’être pratique et fonctionnel à défaut de présenter une originalité particulière. Il vise plutôt un public adulte, ce qui se voit par l’absence d’éléments ludiques, hormis peut-être un quizz qui se révèle cependant plutôt inapproprié aux enfants.

Ce site a été réalisé par l’agence de communication Opixido en 2010. Il est mis à jour très régulièrement et répertorie tous les évènements passés et à venir. Les types de contenus qui nous intéressent sont de natures très diverses, allant des éléments textuels à des images, des vidéos ou des animations 3D. Le site met également à disposition des internautes des travaux de recherches d’experts internationaux à propos de Léonard de Vinci, ainsi qu’une bibliographie centrée sur l’artiste et sa période. L’ensemble de ces éléments apporte de nombreuses informations sur Léonard de Vinci, ce qui fait souvent défaut sur ce genre de site et mérite ici d’être mis en avant.

closluce_jardinleonard_7248_cmouton_crtcentrevaldeloire
Vue de la reconstruction d’un pont dans le parc du Château du Clos Lucé © C.Mouton/ Châteaux de la Loire / Finest France

L’accueil du site en lui même présente les actualités du lieu sous un bandeau interactif consacré à Léonard de Vinci et à son lien avec le château qui fut sa dernière demeure. Les autres pages montrent un large choix d’informations à propos du lieu et d’une éventuelle visite, ce qui rappelle le but commercial de l’ensemble.

Ce site a donc une vocation clairement commerciale mais permet de nous faire une idée de la manière dont un organisme privé met en avant un artiste comme Léonard de Vinci autour du thème de ses inventions. Les informations contenues dans les pages sont particulièrement bien documentées et mettent de nombreux éléments à dispositions des internautes, même si le but final de l’ensemble est de promouvoir le château.

Léonard de Vinci : inventeur et « homme de guerre »

Estampe représentant Léonard de Vinci © CHÂTEAU DE VERSAILLES / CHATEAU DE VERSAILLES / RMN-GRAND PALAIS
Anonyme, estampe au burin et à l’eau forte, représentant Léonard de Vinci (détail), 26,5 x 21,4 cm © Château de Versailles / CHATEAUX DE VERSAILLES ET TRIANON / RMN-GRAND PALAIS

Au fil de nos articles nous essayons de faire ressortir la personnalité ambiguë de Léonard. Réel génie de son temps, on ne doute plus de sa capacité d’innover et du fait qu’il aurait fait un génial ingénieur contemporain.

La ressource que nous allons présenter est tirée du site internet de France tv info culture box, dans la rubrique culture, ou plutôt culture box. Le site est hébergé en France et est un site français. L’article en question a été écrit par le journaliste Lucas Ottin et concerne l’exposition « Léonard de Vinci, projets, dessins, machines » à la Cité des Sciences qui se tenait du 23 octobre 2012 au 18 août 2013. Cette exposition était destinée à un public plutôt jeune, l’ensemble de celle-ci étant didactique en expliquant avec des schémas, dessins, la reconstitution de machines à partir de dessins du maître italien (voir notre article de France Inter sur le catalogue de cette exposition).

Revenons sur l’aspect du site France tv.info. La page d’accueil (mettre lien) contient certaines publicités, notamment pour l’Unicef ou pour un festival de musique du monde. La présentation est simple et claire, la navigation est agréable, les articles sont répertoriés par ancienneté.

C’est Léonard de Vinci qui invente en 1480 le « dessin industriel » (mettre lien vidéo). En bon homme de la Renaissance, l’insatiable et ambitieux Léonard de Vinci revisite le travail des Antiques pour donner vie à ses inventions. Parmi ses plus grandes « réussites » en matière d’armement, on trouve ce canon à vapeur repris d’Archimède et d’Héron d’Alexandrie.

Canon à vapeur imaginé et conçu par Léonard de Vinci © Capture d'écran Culturebox
Canon à vapeur imaginé imaginé et conçu par Léonard de Vinci © Capture d’écran, Culturebox, 2013.

L’exposition à la Cité des Sciences était un excellent moyen d’apercevoir des machines de guerres « en chair et en os » car une quarantaine d’entre elles avaient été reconstruites à partir de dessins de Léonard spécialement pour l’exposition.

Reconstitution de machines de guerre créées par Leonardo De Vinci pour l'exposition de la Cité des Sciences © France2/culturebox
Reconstitution de machines de guerre créées par Leonardo De Vinci pour l’exposition de la Cité des Sciences / Photographie © France2/culturebox, 2012.

Nous ne saurons jamais si le plus grand génie du XVème siècle avait un réel goût pour la violence ou si celle-ci lui servait seulement de faire-valoir pour montrer ses capacités. Toujours est-il qu’il réside en chaque être une part d’ombre.

La lettre de motivation de Léonard au duc de Milan

Leonard de Vinci est l’une des figures les plus éminentes du Quattrocento : doué dans tous les domaines, de la science aux Beaux-Arts, en passant par la philosophie et même la poésie, l’artiste italien a illuminé son siècle par ses créations et ses découvertes. Après s’être formé puis illustré par ses peintures à Florence, l’artiste gagne Milan rencontrer son futur mécène, le duc Ludovic Sforza, séduit par les louanges des Médicis et la lettre de présentation qu’il lui envoya. Faisant état de ses qualités d’ingénieur, il sera engagé au titre d’« ordonnateur de fêtes et spectacles aux décors somptueux » et réalisera d’importants travaux d’ingénierie et d’architecture.

En dix points, Léonard étaye la façon dont il peut rendre service au Duc de Milan. Si aujourd’hui Léonard de Vinci est surtout connu pour le sourire énigmatique de la Joconde, l’inventeur met en avant ses talents d’inventeur et d’ingénieur militaire, plus que de peintre. Cette « lettre de motivation » à la manière de Léonard est intéressante car elle permet d’analyser un écrit de l’époque de la Renaissance: cette lettre se présente comme une offre de service et d’allégeance.

Concernant le site internet sur lequel cette ressource est issu, ce dernier est français. Il est intéressant de noter qu’il provient de Plume & Buvard qui est l’association des écrivains publics diplômés de la licence professionnelle de la Sorbonne Nouvelle (Paris III). La présentation du site est sobre et comporte deux couleurs: bordeaux et blanc ce qui permet de reposer l’oeil et de pouvoir naviguer sur le site sans fatigue.
Le webdesign est de Claire Bourdillon, la rédaction et l’administration du site est de Viviane Le Houëdec (tous deux étudiantes à Paris III), le site est hébergé sur « ovh ».

La lettre de Léonard est dans une écriture propre à celle de Léonard : c’est-à-dire inversée et déchiffrable uniquement grâce à un miroir. Ainsi, il est assez difficile de lire le texte brut.

Lettre de Léonard à Ludovico Sforza, duc de Milan en 1482.
Lettre de Léonard à Ludovico Sforza, duc de Milan en 1482 / Encre sur velin, 1482 © Codex Atlanticus, Bibliothèque Ambrosienne, Milan, Italie.

Ainsi, il est bienvenu que le site de l’association ait retranscrit la lettre de Léonard en Français et en format PDF dans une nouvelle fenêtre.


Cette « lettre de motivation » du XVème siècle est significative car on perçoit bien que Léonard de Vinci utilise un vocabulaire précis et développe son argumentaire en se flattant lui-même ainsi que son destinaire: « En peinture, je puis faire ce que ferait un autre, quel qu’il puisse être. Et en outre, je m’engagerai à exécuter le cheval de bronze à la mémoire étternelle de votre père et de la Très Illustre Maison de Sforza (…) Et si quelqu’une des choses ci-dessus énumérées vous semblait impossible ou impraticable, je vous offre d’en faire l’essai dans votre parc ou en toute autre place qu’il plaira à Votre Excellence, à laquelle je me recommande en toute humilité ». Léonard a en effet obtenu le poste.

L’association Plume et Buvard œuvre pour la promotion de l’écriture manuscrite, qui est en déclin et en voie de disparition aujourd’hui. La lettre de Léonard offre un parfait exemple de la riche histoire de la plume : si Léonard est le maître du High-tech (cf. article), il est aussi la figure de proue de l’écriture cursive.

Une exposition à travers le monde : Grande Exhibitions

Photo de codex mis sous vitrines durant une des expositions « Da Vinci The Genius » / Photographie © Exposition Da Vinci the Genius/, Grande Exhibitions, 2014.

Grande Exhibitions est un organisme basé en Australie qui met en place des expositions temporaires à travers le monde, en plus de posséder des musées à Venise, Rome ou encore Florence pour ses expositions permanentes. Si le sujet des expositions est très varié, celles autour de Léonard De Vinci et ses contributions dans divers domaines font la majorité et la notoriété de leurs collections.

S’étant déjà installées dans 57 pays à travers les six continents, les expositions sur l’œuvre de Léonard de Vinci ont déjà atteint plus de cinq millions de visiteurs. L’intérêt majeur de cette organisation semble être par sa variété d’expositions autour du thème de De Vinci, puisqu’elle s’adapte aux moyens et à la taille des galeries, proposant une formule différente selon la situation.

Le site de Grande Exhibitions nous montre ainsi quatre expositions majeures autour de Léonard :

  • Da Vinci Alive (De Vinci Vécu)
  • Da Vinci The Genius (De Vinci le Génie)
  • Da Vinci Inventions
  • The Secrets of Mona Lisa (Les Secrets de Mona Lisa)

Orchestrées par les Musée des sciences et des techniques Léonard de Vinci de différentes villes italiennes et par la société française Lumiere Technology, ses expositions montrent le génie de Léonard dans des domaines très variés (artiste, scientifique, anatomiste, ingénieur, architecte, sculpteur et philosophe) et cela via les nouvelles technologies (projections d’images, jeux de lumière et des sens…) mais aussi, dans le cas des inventions de Léonard de Vinci qui nous intéressent, des reconstitutions de ses projets, qui sont restés pour la plupart sur papier ou bien encore, dont les rares pièces encore existantes sont fermés dans des musées.

Entièrement en anglais pour son côté international, le site de Grande Exhibitions joue surtout un rôle commercial pour les galeries souhaitant y voir leurs expositions. Il est explicite par son design et par son organisation puisque dès la page principale, nous avons une vitrine de toutes les expositions temporaires ou permanentes proposées, amenant par un lien à une page descriptive de chacune d’entre elles, illustrée par de nombreuses photos. Chacune de ses pages nous montre également les caractéristiques des expositions (surface nécessaire, support matériel etc.) et les nouveautés la concernant. Parfois une vidéo promotionnelle montrant clairement l’organisation de l’exposition accompagne sa description.

Ce site est d’ailleurs clairement à jour puisque nous pouvons voir sur la page principale une zone dédiée aux dernières actualités et dont la dernière date de mars 2015.
Cependant, il manque d’informations importantes : création de Grande Exhibition, création du site internet… Nous n’avons non plus aucune page « à propos » ou autre pouvant nous amener à découvrir qui se cache derrière ce site ou derrière l’organisation.
De plus, le site est difficilement trouvable, peut-être car trop peu indexé. Si nous pouvons le trouver tout de suite sur Google ainsi que des liens vers leurs réseaux sociaux, il est bien dommage de remarquer qu’aucun article ou autre site ne parle de l’organisme.

Le logo promotionnel des expositions sur De Vinci, proposées par Grande Exhibitions © Da Vinci the Genius, Grande Exhibitions, Australie.

Si le but est bien commercial et promotionnel pour exporter leurs expositions, Grande Exhibition n’est cependant pas dénué d’intérêts pour notre recherche autour de Léonard de Vinci et ses inventions. En effet, de nombreuses informations sont à récolter dans les descriptions puisque cela reste une source fiable assistée par des musées, en plus des photos et vidéos disponibles pour donner vie aux documents graphiques des codex. De plus, il existe bien un site pour leur plus grande exposition, « Da Vinci Inventions ».

Ce dernier nous amène notamment sur les différents sites de musées et galeries qui proposent actuellement ou proposaient l’exposition (le Rochester Museum & Science Center par exemple), nous offrant encore une fois de nouvelles photos inédites.

Pour conclure, le site de Grande Exhibitions illustre bien ce que l’organisme a à proposer aux galeries et musées, offrant contenus inédits et expérience nouvelle pour les visiteurs. Bien qu’à but surtout promotionnel, il nous avance photos et descriptions générales sur le génie de Léonard. Il est à noter cependant qu’il faudra être curieux et persévérant pour réussir à obtenir ailleurs d’autres contenus sur ces expositions.

Léonard, maître du High-Tech

Le célèbre Autoportrait de Léonard De Vinci, réalisé à la sanguine (1512 et 1515).
Le célèbre Autoportrait de Léonard De Vinci, réalisé à la sanguine / Dessin à la sanguine sur papier, 1515-1519, 33,3×21,4cm © Bibliothèque Royale de Turin, Turin, Italie.

Cet article donne une vision assez large du génie de Léonard. En effet, le site est didactique et facile à trouver sur Google. Par ailleurs, l’article se présente comme pont entre invention et inventeur. On peut d’emblée voir les principales inventions de l’artiste en tête : pompe hydraulique, char d’assaut, scaphandre sous-marin, bateau à aubes pour ne citer qu’eux.

L’article compte six parties : la biographie de Léonard, l’héritage scientifique, quelques-unes de ses inventions, où voir Léonard?, des documents importants parvenus jusqu’à nous et enfin quelques œuvres parmi les plus connues.

Le site se présente comme étant assez simple mais avec des couleurs assez vives, ce qui laisse croire qu’il est majoritairement destiné à un public jeune. Il est mis à jour assez régulièrement et quasi quotidiennement et il est géré par plusieurs équipes. Le site est français et utilise un mélange de vocabulaire technique (lié aux nouvelles technologies) mais également assez intelligible.

Léonard de Vinci naît le 15 avril 1452 à Vinci, petite ville de Toscane proche de Florence, des amours illégitimes d’un notaire, ser Piero, et d’une paysanne. Après une éducation scolaire diversifiée, il commence sa vie d’adulte comme peintre dans un atelier florentin de grande renommée, celui de Verrochio. A 26 ans, Léonard quitte son maître et a déjà acquis une belle réputation d’artiste peintre. Adepte de l’art nouveau du clair-obscur, il perfectionne sa technique du sfumato (embrumé) qui adoucit les contrastes et améliore le réalisme des paysages ou des portraits. La partie qui nous intéresse le plus est celle sur les inventions du peintre.

Les inventions de Léonard, qu’elles soient véritablement nouvelles (comme les engins volants) ou inspirées de travaux antérieurs (comme nombre de ses machines hydrauliques), reposent néanmoins sur des concepts novateurs pour l’époque. Ces inventions sont pour la plupart restées sans lendemain, sauf dans le domaine de l’hydraulique, sans doute parce qu’elles étaient très en avance sur leur époque mais aussi parce qu’elles sont restées longtemps inconnues. De son vivant, Léonard de Vinci a explicitement émis un doute sur l’usage qu’en feraient ses contemporains.

Planche de dessins d'un système Hydraulique
Planche de dessin d’un système Hydraulique imaginé par Léonard / Dessins à l’encre sur velin, 1480-1482 © Codex Atlanticus, Bibliothèque Ambrosienne, Milan, Italie.

Ce que le l’article met bien en exergue est le fait que Léonard a grandement inspiré les générations futures : il suffit de voir que l’article est hébergé sur le site « Futura Sciences : High-Tech ». Cela laisse donc penser que les inventions de Léonard n’ont certes pas eu un écho retentissant de son temps, mais ont permis de s’inspirer de ses dessins pour les rendre réalité.

L’exemple parfait est le Château du Clos-Lucé (Indre-et Loire) Amboise, mentionné dans l’article. C’est ici où Léonard de Vinci vécut ses dernières années. Dans une grande halle se trouvent réunies plusieurs maquettes de différents engins imaginés par son génie.

L’article et le site nous guident donc à travers sa vie et met un accent particulier sur ses inventions, cela pour nous inciter à les voir et à les comprendre.

La nature et l’invention

Photo de l’exposition à la Cité des sciences et de l’industrie à Paris / Photographie en noir et blanc © tiré de Léonard de Vinci : la nature et l’invention (C. Giorgione, P. Boucheron), La Martinière/Universciences, Paris, 2012.

Cet article du site France Inter est consacré à l’émission Lire avec du 14 décembre 2012, portant sur le catalogue de l’exposition Léonard de Vinci, projets, dessins, machines présentée de 2012 à 2013 à la Cité des sciences et de l’industrie. L’ouvrage, paru le 4 octobre 2012 aux éditions La Martinière, a été réalisé par Patrick Boucheron, maitre de conférence à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il décrit les liens que Léonard de Vinci a tissé entre la nature, la science et la technique, en s’appuyant sur les codex de l’ingénieur et les reconstitutions de ses machines faites au XXème siècle.

Le site de France Inter est un site français qui fonctionne en parallèle avec sa station radio. Il est géré par plusieurs équipes et mis à jour environ toutes les dix minutes. Le design de la page d’accueil du site est simple et efficace, bien qu’emprunt d’une certaine rigidité qui le fait apparaître comme légèrement daté. De nombreux onglets interactifs permettent de se repérer et de naviguer facilement à travers le site. Les couleurs noire et rouge rappellent celles du logo de France Inter et constituent un fil conducteur au sein de chaque page.

L’article qui nous intéresse est relativement ancien et nécessite donc de remonter loin dans les archives du site pour y avoir accès. On peut noter que l’absence d’une barre de recherche par mots-clés fait cruellement défaut. La page présente tout d’abord le bandeau du site puis le visuel de l’émission avant de proposer un podcast de l’émission disponible jusqu’au 9 septembre 2015. Viennent ensuite une présentation de l’auteur du catalogue d’exposition, Patrick Boucheron, et un descriptif de l’ouvrage. A la fin de l’article, un lien vers la page officielle de l’exposition est présent mais celui-ci se révèle être mort. En effet, la page consacrée à l’exposition sur le site de la Cité des sciences et de l’industrie, et plus généralement l’ensemble des archives, sont actuellement en cours de création. De nombreux autres articles sur des thèmes différents sont proposés dans un bandeau latéral ainsi qu’à la fin de l’article, permettant de poursuivre la navigation si on le souhaite.

© Couverture montage photo, Léonard de Vinci : la nature et l’invention (C. Giorgione, P. Boucheron), La Martinière/Universciences , Paris, 2012.

Le public attendu de cet article est clairement adulte et cultivé, le même que celui visé par l’exposition. L’article n’étant pas aisément retrouvable sur Internet, il n’est sans doute consulté que par ceux qui s’intéressent au sujet et à l’émission.
L’émission en elle-même est une présentation du catalogue d’exposition qui retrace les multiples aspects de la personnalité de Léonard de Vinci : dessinateur, peintre, inventeur de machines de guerre et de divertissement ou encore anatomiste. L’ouvrage met en parallèle les liens entre les recherches de Léonard de Vinci et les historiens et chercheurs en botanique ou en bio-robotique. Patrick Boucheron présente son catalogue comme offrant une vision nouvelle des travaux de l’artiste par ses écrits, esquisses, reconstitutions et maquettes. Le livre présente également des applications scientifiques récentes qui essaient elles aussi de reproduire des phénomènes ou des états de la nature.

Ainsi, cet article a le mérite d’être une source intéressante et un bon compte-rendu de l’exposition et du catalogue qui en dérive, en dépit de la présence d’une page qui lui serait officiellement consacrée.

Dans la tête d’un génie (Documentaire)

Tiré de la chaine ARTE, diffusé le 7 mars 2013.

Pendant 1h28, ce documentaire nous montre une supposée façon de penser de Léonard de Vinci, à travers interventions de grands historiens de l’art mais surtout à partir du Codex Atlanticus et de ses dessins, gardé à la Bibliothèque ambrosienne de Milan. Un comédien se prend pour le génie pour essayer de retranscrire et exprimer les pensées de ce dernier.

Le documentaire s’intéresse dans une première partie au rapport qu’a De Vinci avec la nature, notamment ses études et observations qu’il va utiliser pour perfectionner sa peinture, comme le sfumato, avec les jeux de couleurs sur les montagnes grâce aux rayons du soleil, mais aussi le mouvement de l’eau qu’il allie à celui des cheveux. Cependant, outre la peinture, il s’y intéresse également scientifiquement, dans le domaine de la biologie et de géologie, étudiant les origines de la nature par exemple.

On y apprend également qu’il n’avait pas reçu une éducation humaniste et qu’il ne souhaitait pas partager ses inventions avec le reste de la communauté scientifique ou artistique, pensant qu’un jour, elles feraient sa fortune et sa gloire. La deuxième partie traite d’ailleurs de ses machines, la partie nous intéressant donc le plus. Est mentionnée notamment l’inspiration des machines de Brunesllechi pour les premiers travaux de Léonard en architecture et son avancée remarquable pour l’époque, puisqu’il faudra attendre deux siècles à la révolution industrielles pour que les idées de De Vinci soient exploitées : chariot autopropulsé (première automobile), métier à tisser automatique, navette volante, brevetés par John Kay au XVIIIe entre autres. Dans ses dessins, il y présente les machines démembrées et en vue en perspective, en transparence, en coupe pour comprendre son montage.

Une troisième partie est réservée pour sa fascination pour l’air, le ciel et le vol, mêlant nature et ingénierie.
La cinquième partie nous intéresse de nouveau lorsqu’il quitte Florence pour Milan et se penche sur l’invention d’armes, et envoie une lettre au duc de Milan pour intégrer sa cour et vendre ses qualités de génie militaire. Cela concernerait des centaines de dessins dans son codex.
Après une partie sur la sculpture équestre pour Sforza, le documentaire se termine sur Léonard et les proportions et le lien très fort qu’il fait entre mathématiques, biologie et anatomie, et ses nombreuses études de dissection.

Nous avons donc affaire à un documentaire très riche, étudiant tous les aspects du génie du personnage. Bien que tous les sujets ne touchent pas ce que nous recherchons dans notre étude, il est important de voir que chez cet homme, toutes ses recherches et ses travaux y auront un rapport de près ou de loin.