Archives du mot-clé Anatomie

Léonard Interactif : un outil indispensable et ludique

Façade de la Bibliothèque Nationale d'Espagne (BNE), Photographie, Selbymay, 11 août 2012, Wikimedia Commons.
Façade de la Bibliothèque Nationale d’Espagne (BNE), photographie, 11 août 2012 © Selbymay, Wikimedia Commons.

Dans la continuité de la Bibliothèque Ambrosienne et du Codex Atlanticus (voir nos anciens articles sur cette bibliothèque et ce codex), la Bibliothèque Nationale d’Espagne ou Biblioteca Nacional de España (BNE) conserve un autre carnet de notes précieux de Léonard de Vinci : le Codex de Madrid.

Il s’agit du centre principal de documentation consacré à la culture écrite, graphique et audiovisuelle d’Espagne et d’Amérique Latine. Il comprend plus de vingt-huit millions de publications espagnoles du XVIIIe siècle à nos jours, sans compter les manuscrits, photographies, estampes, partitions etc. Ses collections ont été acquises par de nombreux moyens : achat, dépôt légal, don ou échange. Celle des manuscrits, dont fait partie le Codex de Madrid, est une des plus riches d’Espagne. Comme la plateforme Gallica pour la Bibliothèque Nationale de France (BNF), le site internet de la BNE propose un accès à leur collection numérique en ligne et possède plus particulièrement un mini-site : « le Léonard interactif ».

Ce mini-site comprend donc une version numérique du codex mais également d’autres fonctions autour du personnage de Léonard : chronologie de la vie de Léonard, descriptions des domaines que le génie a touché, des documents expliquant son contexte historique, des jeux interactifs et thématique etc. Le site de la BNE nous indique des chiffres très intéressants au sujet du mini-site :

  • 718 pages numérisées ;

  • 120 œuvres numérisées ;

  • 100 pages interactives ;

  • 138 contenus multimédias ;

  • 40 professionnels travaillant sur ce projet ;

  • 20 000 heures de travail.

Le codex Madrid (à ne pas confondre avec son homonyme aussi appelé Codex Tro-Cortesianus qui est un codex maya) est divisé en deux manuscrits : le codex-I et le codex-II. Fini respectivement entre 1490 et 1499 et 1503 et 1505, ils ont été découvert dans la Bibliothèque Nationale d’Espagne en 1966. Les différents codex de Léonard ont été hérités par son ami Francesco Melzi. Cinquante ans après, c’est le sculpteur Pompeo Leoni qui a acheté et apporté en Espagne les deux codex de Madrid. La Bibliothèque Royale, ancêtre de la BNE, les avait répertoriés depuis 1712. Ils ont été perdus et oubliés jusqu’au XXe siècle pour une raison inconnue.

Système de traction  et ressort, dessin à l'encre sur velin, 1490-1499, Codex Madrid I, Bibliothèque Nationale d'Espagne, Madrid, Espagne.
Système de traction et ressort, dessin à l’encre sur velin, 1490-1499 © Codex Madrid I, Bibliothèque Nationale d’Espagne, Madrid, Espagne.

Les deux codex touchent autant la mécanique, la statique, les mathématiques que les constructions de fortifications. Ils incluent également une liste de plus de 116 livres que Léonard a utilisés pour ses recherches. En plus d’être des notes d’une qualité et d’une source incroyables, ce codex représente environ 15% des notes de références au sujet de Léonard de Vinci.

Lorsqu’on se rend sur le mini-site « Léonard interactif », on se retrouve directement sur le codex-I de Madrid. On peut circuler facilement de page en page avec un seul clic ou en tapant le numéro de page dans la barre de navigation en bas de la fenêtre interactive. Cette barre de navigation permet d’accéder de suite au Codex-II, de proposer une navigation rapide par défilement de miniatures et présente également un outil de recherche par mots. Ainsi en tapant par exemple « arma » ou « arme », une nouvelle fenêtre s’ouvre, proposant toutes les pages comportant ce mot ou ayant un dessin en rapport (un thème donc) en affichant leurs miniatures. Cette circulation est donc extrêmement fluide et claire. Enfin, il existe un listing des thèmes pour une recherche différente et toujours plus pratique.

Autres outils utiles : une transcription des textes manuscrits en textes dactylographiés, disponibles en espagnol et italien. Il est dommage que ce ne soit pas disponible en anglais mais il est déjà notable que des transcriptions soient faites en langue locale et en langue originale. On peut également trouver un zoom en meilleure qualité, des liens de partage vers les réseaux sociaux (Facebook et Twitter) et un lien pour une impression des pages de notre choix. Enfin, il est bien connu que Léonard de Vinci prenait ses notes à l’envers, c’est-à-dire en écrivant avec la méthode du miroir. Un outil nous permet ainsi de mettre automatiquement les pages en miroir horizontal, afin de pouvoir lire naturellement les notes du génie.

Enfin, il faut cliquer sur la petite main « Saber más » (« en savoir plus ») pour accéder aux autres fonctionnalités du mini-site. En bref, on nous propose par des miniatures simples et claires, d’accéder à des rubriques spécialisées :

  • Une chronologie : cet outil est extrêmement pratique et ludique. Nous allons sans aucun doute le garder sous la main pour notre propre chronologie, que nous allons bientôt proposer sur le blog. Le site propose une carte de l’Europe et du bassin méditerranéen, contemporaine à Léonard, couronnée d’une frise chronologique des dates importantes de sa vie. En cliquant sur une date, un zoom est fait sur la carte, indiquant un évènement, sa description et une illustration. On peut également accéder directement à des évènements-clés en cliquant sur les différents points de la carte. Ces derniers sont séparés en deux couleurs : les rouges pour expliquer le contexte historique et les bleus pour l’histoire de Léonard.

Capture d'écran, Chronologie, Léonard Interactif, Bibliothèque Nationale d'Espagne (BNE).
Capture d’écran © Chronologie, Léonard Interactif, Bibliothèque Nationale d’Espagne (BNE).
  • Les métiers de Léonard : nommés tels quels, il s’agit des différentes facettes ou tous les métiers auxquels s’est prêté le polyvalent génie. On nous propose une fiche de description pour chaque, à partir d’onglets verticaux, s’ouvrant et se rabattant. Il y a huit onglets au total : scientifique & philosophe ; mathématicien ; architecte ; anatomiste ; ingénieur civil et militaire ; peintre & sculpteur ; scénographe ; musicien.

  • La bibliothèque de Léonard : la description des lectures de Léonard qui ont contribuées à son travail, accompagnée de miniatures vers des descriptions plus précises sur les principaux livres (Euclide, Ptolémée, Ovide…).

  • L’Epoque : par le même système d’onglets que les métiers de Léonard, on retrouve une description de grands domaines de la vie culturelle, sociale et scientifique contemporaines à De Vinci : cuisine ; imprimerie ; science ; art ; littérature ; musique ; philosophie ; mode vestimentaire.

  • Les codex : une description de l’importance des codex et manuscrits de Léonard ainsi que des miniatures particulières pour chaque codex et leur lieu de conservation. Nous nous attarderons sur cette partie dans un prochain article.

  • Les maquettes : la BNE propose via Youtube des vidéos de maquettes modélisées en 3D, directement tirées des croquis et notes du codex de Madrid.

  • Le jeu des questions : petit jeu interactif en ligne de type QCM, dont les questions sont portées sur toutes les facettes de Léonard, peintre comme ingénieur, et sur sa vie et ses fréquentations.

  • Le jeu de mémoire : un petit jeu classique de paires de cartes qu’il faut mémoriser et associer. Il n’a pas un très grand intérêt mais est plutôt ludique pour un public plus jeune, d’autant plus que ses faces présentent des modélisations 3D des inventions de Léonard de Vinci.

Pour conclure, le site de la BNE et plus particulièrement son mini-site « Léonard interactif » est incontournable pour des recherches scientifiques comme pour un public plus large, même jeune. Le site de la BNE est proposé dans de nombreuses langues, dont français, mais malheureusement le mini-site est en espagnol uniquement. Cependant, les images, les outils, les gadgets sont tous très clairs et intuitifs pour quelqu’un qui ne connait pas la langue. Cela devient seulement probablement handicapant si on souhaite lire les nombreuses descriptions de contexte, sur les fiches métiers, les lectures de Léonard etc. mais suffisant pour parcourir les codex de Madrid. Trésor pour la bibliothèque espagnole, il est vraiment appréciable de relever la qualité de la numérisation des pages ainsi que l’interactivité pour les parcourir, agrémentées de nombreuses notes et descriptions. Leur mini-site est d’ailleurs bien plus pratique que le site de la Bibliothèque Ambrosienne de Milan, et également plus moderne : des couleurs sobres dans le noir et blanc, une circulation fluide par les miniatures, onglets et des liens minimalistes et clairs. De plus, le rôle que joue le codex pour la BNE ne peut être nié lorsqu’on observe le nombre de fonctionnalités, non-indispensables mais pourtant extrêmement utiles, qu’ils ont rajoutées dans son environnement numérique pour mieux comprendre le personnage et ses manuscrits : chronologie et carte, contextes culturels, sociaux… Tout cela est fait par une grande équipe de professionnel et on ne peut plus fiable puisque l’on se trouve dans une très grande institution.

Le travail de numérisation de la Bibliothèque Ambrosienne.

La Bibliothèque ambrosienne de Milan est connue mondialement, sa réputation n’est plus à refaire. Elle fut fondée en 1609 par Federico Borromeo, cardinal de Milan, qui souhaitait un nouveau lieu de haute culture, artistique, scientifique et littéraire, dans une période fortement influencée par l’humanisme. Elle fut construite par les architectes Lelio Buzzi et Francesco Maria Richini. Au cours du temps se sont ajoutées une académie, une pinacothèque et une médiathèque. Sa particularité était surtout d’être publique. Son nom est tiré d’Ambroise, évêque inspirant le culte ambrosien, particulier à Milan, et patron de la ville.

La Bibliothèque recueille des textes exceptionnels dans de nombreuses langues : latine, grecque, orientales… Nous nous intéresserons en particulier à la Médiathèque puisque celle-ci détient le Codex Atlanticus, comme nous l’avons déjà vu dans notre article sur le documentaire « Dans la tête d’un génie ». Il s’agit de la collection la plus ample et stupéfiante d’écrits et de dessins de Léonard de Vinci. Ce « code » relate plus de quarante ans de la vie intellectuelle de Léonard, puisqu’il a été écrit entre 1478 et 1519. On trouve tout autant de notes et croquis sur l’astronomie, la mécanique, les mathématiques, la botanique, la géographie, l’anatomie ou encore la physique. On y trouve également des projets urbanistiques pour la ville de Milan, un plan d’immeuble à Florence ou encore des croquis d’automates.

Ce codex n’est en revanche pas accessible au public, de par son statut de trésor culturel. Il se trouve d’ailleurs dans la Salle du Trésor de la Bibliothèque Ambrosienne. Cependant, la Médiathèque travaille actuellement sur le projet de classer toutes les feuilles en douze volumes afin de pouvoir l’exposer au public. Le codex serait consultable de manière séquentielle et indexé de manière à pouvoir faire des recherches par mots, titres, numérotation de page ou texte libre. Ce qui nous intéresse particulièrement ici, c’est que le site de la Bibliothèque, une section est spécialisée sur ce codex. La Médiathèque a commencé un travail de numérisation de ces feuilles de codex, de manière à permettre une consultation numérique en ligne. La partie sur Léonard touche également une section de publications autour du codex mais nous n’y attarderons pas dans cet article.

Ce travail n’est pas terminé mais comporte déjà 440 feuilles sur 1119 au total. Cependant, cela reste pour l’instant un aperçu suffisant sur une récolte extrêmement importante de la culture scientifique et technique du monde occidental du XVe siècle.

Au niveau du site en soit, il n’est pas négligeable de remarquer son manque de fonctionnalité. De plus, il est en italien, ce qui est acceptable dans la mesure où il s’agit d’une bibliothèque milanaise, mais il ne propose aucune autre langue. Bien que la langue anglaise soit indiquée, cette fonctionnalité ne semble pas marcher puisqu’aucun changement ne s’opère.

Reliure du Codex Atlanticus de De Vinci, 1478-1519 © Bibliothèque Ambrosienne, Milan.
Reliure  du Codex Atlanticus de De Vinci, 1478-1519 © Bibliothèque Ambrosienne, Milan.

Pour accéder à notre section sur le Codex Atlanticus, ce n’est pas forcément instinctif, cela demande une certaine recherche. Sur la page d’accueil, cette dernière accumule un grand nombre de textes et liens hypertextes dans la même police, la même couleur et surtout une taille plutôt réduite. Peu de d’éléments se distinguent des autres pour comprendre les différentes catégories du site. La section sur Léonard (« Leonardo ») est trouvable sur le menu le long de la bannière, dans une liste de liens non alignés. Nous arrivons ensuite sur la page du Codex, plus claire, plus simple mais qui manque encore peut-être une fois de titres démarqués. Ensuite, il suffit de cliquer sur le lien hypertexte «Per visualizzare il Codice Atlantico » pour accéder aux numérisations. Le lien est ici visible car mis en couleur et ponctué de symboles de lecture, bien que ces derniers ne soient pas très modernes non plus.

Nous retrouvons alors face à un choix de quatre liens, correspondant aux numérotations des feuilles du codex. Nous pouvons remarquer que cela va jusqu’à 1117. En effet, bien que seulement 440 feuilles soit numérisées et répertoriées ici, il ne s’agit pas d’une numérisation par ordre. Ainsi, on trouvera facilement des pages manquantes si on cherche à visualiser le codex dans l’ordre.

Si on se rend sur l’une des quatre pages proposées, on se retrouve de suite sur une feuille de codex. On a alors le numéro de la page, l’indication s’il s’agit du recto ou du verso, une miniature de la feuille (où on nous propose un zoom qui ne fonctionne pas, ce qui est très dommage), le titre, les dimensions et la description de son contenu. Pour aller à la feuille suivante, il faut soit choisir un nombre en dessous (qui ne correspond pas au numéro de la feuille) ou cliquer sur la flèche suivante. Il y a donc deux choses gênantes alors. Tout d’abord, ce numéro de page qui ne correspond à la numérotation des feuilles, empêchant une navigation facile. De plus, pour compenser cela, il n’y a pas de recherches possibles, par mot, titre ou autre.

Pour conclure, nous avons donc une source incontournable lorsque l’on s’intéresse aux travaux et inventions de Léonard de Vinci, le Codex Atlanticus restant une source inévitable pour accéder à la représentation directe du génie Cependant, le site reste un peu décevant pour une telle institution. En effet, le site manque de modernité et surtout de pratique, notamment dans la navigation. On ne peut circuler aisément dans les feuilles du codex et on regrette que ces miniatures ne s’agrandissent pas. Cependant, il faut espérer qu’une fois le travail de numérisation terminé, ces problèmes seront réglés.

Dans la tête d’un génie (Documentaire)

Tiré de la chaine ARTE, diffusé le 7 mars 2013.

Pendant 1h28, ce documentaire nous montre une supposée façon de penser de Léonard de Vinci, à travers interventions de grands historiens de l’art mais surtout à partir du Codex Atlanticus et de ses dessins, gardé à la Bibliothèque ambrosienne de Milan. Un comédien se prend pour le génie pour essayer de retranscrire et exprimer les pensées de ce dernier.

Le documentaire s’intéresse dans une première partie au rapport qu’a De Vinci avec la nature, notamment ses études et observations qu’il va utiliser pour perfectionner sa peinture, comme le sfumato, avec les jeux de couleurs sur les montagnes grâce aux rayons du soleil, mais aussi le mouvement de l’eau qu’il allie à celui des cheveux. Cependant, outre la peinture, il s’y intéresse également scientifiquement, dans le domaine de la biologie et de géologie, étudiant les origines de la nature par exemple.

On y apprend également qu’il n’avait pas reçu une éducation humaniste et qu’il ne souhaitait pas partager ses inventions avec le reste de la communauté scientifique ou artistique, pensant qu’un jour, elles feraient sa fortune et sa gloire. La deuxième partie traite d’ailleurs de ses machines, la partie nous intéressant donc le plus. Est mentionnée notamment l’inspiration des machines de Brunesllechi pour les premiers travaux de Léonard en architecture et son avancée remarquable pour l’époque, puisqu’il faudra attendre deux siècles à la révolution industrielles pour que les idées de De Vinci soient exploitées : chariot autopropulsé (première automobile), métier à tisser automatique, navette volante, brevetés par John Kay au XVIIIe entre autres. Dans ses dessins, il y présente les machines démembrées et en vue en perspective, en transparence, en coupe pour comprendre son montage.

Une troisième partie est réservée pour sa fascination pour l’air, le ciel et le vol, mêlant nature et ingénierie.
La cinquième partie nous intéresse de nouveau lorsqu’il quitte Florence pour Milan et se penche sur l’invention d’armes, et envoie une lettre au duc de Milan pour intégrer sa cour et vendre ses qualités de génie militaire. Cela concernerait des centaines de dessins dans son codex.
Après une partie sur la sculpture équestre pour Sforza, le documentaire se termine sur Léonard et les proportions et le lien très fort qu’il fait entre mathématiques, biologie et anatomie, et ses nombreuses études de dissection.

Nous avons donc affaire à un documentaire très riche, étudiant tous les aspects du génie du personnage. Bien que tous les sujets ne touchent pas ce que nous recherchons dans notre étude, il est important de voir que chez cet homme, toutes ses recherches et ses travaux y auront un rapport de près ou de loin.

Exposition à la Royal Collection Trust

Esquisse du visage de Léda, pour Léda et le Cygne, exposée à la Royal Collection / Plume et encre sur papier par dessus craie noire, 1504-1506, 17.7×14.7cm © Royal Collection Trust, Londres, Royaume-Uni.

La Royal Collection Trust est un organisme de bienfaisance britannique créé en 1993 par la reine Elizabeth pour gérer la collection royale.

Il y a trois ans, il a présenté une exposition de taille relativement modeste consacrée à des dessins de Léonard de Vinci. Cette exposition a tournée dans cinq lieu au Royaume-Uni et comprenait : des modèles pour chars, une étude de la tête de Léda, un dessin de feuilles de chêne, une feuille recto-verso de croquis anatomiques, la conception d’un système de drainer les marais, une étude de costume d’un homme à cheval, des dessins de scènes apocalyptiques et une étude d’un vieil homme de profil, l’un des derniers dessins réalisés par l’artiste.

Cette source numérique est uniquement disponible en anglais, sans possibilité de choisir une autre langue. La page qui nous intéresse est présentée dans l’historique de la rubrique « exhibitions » du site et est parfaitement visible grâce à une bannière représentant un dessin célèbre de Léonard de Vinci, La tête de Léda.

Cinq catégories dans le menu adjacent détaillent l’exposition :

  • Un récapitulatif du parcours des dessins qui ont été présentés.

La navigation est facile et relativement agréable à travers les cinq onglets, et il est possible de se faire une idée assez précise de l’exposition. Les dessins numérisés sont de bonne qualité et un système de zoom permet d’observer les détails. Les références des œuvres sont également suffisamment précises pour nous permettre d’effectuer des recherches personnelles si besoin.
Cette ressource apparaît comme un bon récapitulatif à une exposition achevée. Elle permet de garder une trace de l’événement passé en apportant la majorité des détails nécessaires. On regrette peut-être seulement l’absence de compte-rendu de l’exposition.

La présentation d’un « uomo universale »

Comme aucune autre personne, Léonard était capable de comprendre les mondes opposés de l’art et de la science. Ses innombrables recherches et études lui permirent d’acquérir de nouvelles connaissances dans les domaines les plus divers: bateau équipé d’une roue à aubes, clinomètre et hygromètre et même machine volante.

La cosmologie élaborée par Léonard est celle d’une grande machinerie. Il ambitionnait de construire «des machines permettant de déplacer des mondes entiers» afin de faciliter la tâche technique.

Tout en restant uniformes et précis, les travaux devaient être réalisables plus vite et plus facilement. Il chercha de nouvelles possibilités de transformer le mouvement rotatif en un mouvement de va-et-vient, élément essentiel de toute machine.

Dans ce but, il expérimenta des engrenages, des palans, des manivelles et des roues dentées; il se servit de l’énergie éolienne et de la force musculaire, de l’entraînement par ressort et du volant. Il inventa notamment des machines hydrauliques et des mécanismes d’horlogerie, ainsi que des ponts tournants et la presse à imprimer.

Outre un grand nombre de constructions mécaniques, les inventions les plus connues de Léonard sont l’automobile et l’engrenage, que l’on peut considérer comme l’ancêtre de la boîte de vitesses de l’automobile moderne. Avec un grand enthousiasme, Léonard étudia le vol des oiseaux et l’anatomie de l’aile de l’oiseau, et, après diverses expériences, il abandonna l’idée de l’avion à ailes oscillantes pour des constructions à ailes rigides, un appareil volant doté d’une hélice – le précurseur de l’hélicoptère moderne.

De même, son projet de parachute est en relation étroite avec ses inventions de machines volantes. Conseiller de plusieurs souverains, chefs militaires et familles de la noblesse, Léonard œuvra en tant que constructeur, architecte et géologue. Bien qu’il ait détesté la guerre et l’ait qualifiée de «folie bestiale», il se recommanda même comme ingénieur militaire.

Ailes de machine volante, dessin à la sanguine sur velin, 1478-1519, Bibliothèque Ambrosienne, Milan, Italie.
Ailes de machine volante, dessin à la sanguine sur velin, 1478-1519 © Bibliothèque Ambrosienne, Milan, Italie.

Malheureusement, Léonard ne parviendra pas à faire voler l’homme de la Renaissance, mais il inaugure une vision…