Archives du mot-clé Machines

Cent Millions de Pixels : le virtuel au service de Léonard

Capture d’écran 2015-04-21 à 15.29.43
Animation en 3D d’un pont tournant, 2012 © Cent Millions de pixels

Cent Millions de Pixels est une équipe formée de concepteurs et d’infographistes issus principalement du monde du jeu vidéo mais aussi de l’architecture, la communication, la publicité ou encore l’illustration. Elle imagine, conçoit et réalise des applications vidéo-ludiques mises au service de la médiation culturelle.

Le site date de 2012. L’accueil présente de nombreuses reconstitutions sur des thèmes aussi variés que la grotte de Lascaux ou encore le château de Blois.

La page consacrée à Léonard de Vinci propose des animations en 3D qui ont pour but de mettre en scène certaines inventions de l’artiste et de démontrer leur principe de fonctionnement. Parmi ces inventions, on retrouve : le char d’assaut, le pont tournant, l’écluse à sas, le bateau à aubes, l’ornithoptère, le parachute, l’aile volante, les engrenages, l’automobile et la vis d’Archimède.

Ces animations ont été réalisées en partenariat avec le Château du Clos-Lucé dont nous avons déjà parlé précédemment.

Ce projet illustre non seulement les inventions du parc du Château mais est également à but publicitaire puisqu’il vise à attirer le plus de monde à l’exposition.

Capture d’écran 2015-04-21 à 15.30.00
Animation en 3D d’un engrenage, 2012 © Cent Millions de pixels

Le site se propose de mettre le jeu vidéo au service de la médiation et de la communication. L’accueil se présente sous la forme d’une galerie de visuels que l’on peut faire défiler grâce à des flèches rouges. Il est possible de cliquer sur chaque visuel pour avoir accès aux réalisations qui lui sont propres.

Bien visible en haut de la page, le logo du site apparait sous la forme d’une étoile rouge et permet de renvoyer directement à l’accueil lorsqu’on navigue sur le site.

A droite, les deux rubriques A propos et Contact offrent la possibilité d’obtenir des informations sur l’équipe de créateurs.

Au bas de la page, les trois rubriques Catégories, Dernières références et Tags classent chaque thème et proposent une navigation plus ciblée. Une barre de recherche est également disponible.

L’ensemble du site se présente dans un thème uniquement blanc et rouge, seul les visuels proposés contiennent d’autres couleurs, ce qui simplifie la lecture.

La page qui nous intéresse, Les Machines de Léonard, a été crée en mai 2013. Elle propose tout d’abord une image centrale qui fait défiler dix illustrations des reconstitutions entreprises par l’équipe. Viennent ensuite une description du projet construit autour de l’artiste, un lien vers une des six vidéos réalisées, une galerie d’autres visuels extraits de ces vidéos et enfin la possibilité de naviguer vers d’autres sujets.

Capture d’écran 2015-04-21 à 15.30.20
Animation en 3D d’une aile volante, 2012 © Cent Millions de pixels

L’ensemble du site est extrêmement bien réalisé, très attirant et intéressant du point de vue des nombreuses reconstitutions entreprises.

Le choix des inventions traitées est pertinent et très bien expliqué, d’une manière à la fois ludique et renseignée.

Comme ce projet a été réalisé pour le Château du Clos-Lucé, l’ensemble des vidéos n’est pas disponible mais il est tout de même possible d’en visionner une via le lien proposé sur la page du projet.

La vidéo est hébergée par la plateforme Viméo et présente un pont tournant, une écluse à sas et un bateau à aubes dans une reconstitution qui impressionne par sa qualité.

L’aspect ludique des projets mis en œuvre par Cent Millions de Pixels est davantage visible sur une autre de leurs réalisations qui aborde également Léonard de Vinci.

SDV_Cabinet_travail-800x500
Animation en 3D d’une pièce du jeu The Secrets of Da Vinci : Le Manuscrit interdit, 2012 © Cent Millions de pixels

Il s’agit de The Secrets of Da Vinci : Le Manuscrit interdit, jeu d’aventure qui a pour but la résolution des mystères du maitre et le rassemblement de ses codex. A travers la reconstitution de personnages, de lieux et d’objets d’époque, ce projet mis en place pour les enfants reconstruit l’univers de Léonard de Vinci et plonge le spectateur dans le passé.
Le site CentMillions de Pixels offre la possibilité de se représenter précisément ce à quoi ressemblait les machines de Léonard de Vinci.

Les reconstitutions sont basées sur des croquis de l’artiste et n’ont subies aucune autre transformation.

Chaque invention est contextualisée dans un décor et même mise en parallèle avec d’autres objets du maitre, ce qui permet de se rendre compte de la puissance et du perfectionnement des créations de Léonard de Vinci.

La navigation sur le site est très agréable et l’ensemble remplit parfaitement son rôle puisqu’il donne réellement envie de découvrir les autres vidéo crées par l’équipe.

Il est également important de noter quele site est très bien renseigné et met à disposition du visiteur toutes les informations nécessaires, que ce soit sur la manière dont sont créés les projets aussi bien que sur la date de parution de chaque article.

Cent Millions de Pixels est donc un projet remarquable qu’il ne faut surtout pas hésiter à aller voir. C’est une occasion unique d’observer les machines de Léonard de Vinci en mouvement dans un environnement spécialement recréé pour l’occasion.

Le site offre également la possibilité de faire parler de lui via différentes plateformes (Facebook, Twitter, LinkedIn…) et il serait dommage de le priver du succès auquel il a droit !

closluce_archivis_01179-800x450
Animation en 3D d’un dispositif technique, 2012 © Cent Millions de pixels

Les machines de Léonard prennent vie

Avec l’avènement des nouvelles technologies il devient possible de donner vie à un bout de papier vieux de 500 ans. C’est précisément ce que s’adonne à faire le « youtuber » Veproject1 dans ses vidéos. Il est membre de la communauté depuis le 5 décembre 2010 et la vidéo que nous allons présenter date du 13 mars 2011.

Ce membre de la communauté Youtube, site américain où l’on peut regarder des vidéos en ligne, a pour but de réaliser des répliques de machines anciennes ou médiévales, des modèles faits à la main et qui fonctionnent dans la vraie vie. Il précise qu’il est passionné par les inventions de Léonard de Vinci, raison de plus de vous présenter sa vidéo sur fond de Mozart et sa Serenade Nocturne 13 en G majeur.

 

Ce (très) jeune youtuber nous présente ses réalisations, la vidéo a un côté amateur par sa qualité de vidéo mais pédagogique par son côté ludique et didactique. En effet, avant chaque maquette, le youtuber montre un dessin de Léonard de Vinci avec un titre: par exemple avant de montrer l’anémomètre (qui sert à mesurer la direction et la vitesse du vent), le youtuber montre le dessin de Léonard et l’explicite par une légende à la calligraphie délicate. On peut deviner qu’il réalise les maquettes à l’aide d’un adulte car la vidéo se trouve toujours dans une chambre ou un espace fermé.

Le youtuber emploie des matériaux assez basiques pour (re)construire les dessins de Léonard, à savoir le bois et le métal; il reste fidèle à l’esprit du peintre de la Renaissance.

Cette vidéo est révélatrice de l’importance et de l’influence que tient Léonard toujours au XXIème siècle: un amateur réalise des maquettes des dessins de l’inventeur Italien et offre la possibilité à un large public de voir à quoi ressemblait – ou ressembleraient – les inventions de Léonard de Vinci.

Une fois de plus, les dessins du génie italien renaissent et prennent vie.

Une exposition à travers le monde : Grande Exhibitions

Photo de codex mis sous vitrines durant une des expositions « Da Vinci The Genius » / Photographie © Exposition Da Vinci the Genius/, Grande Exhibitions, 2014.

Grande Exhibitions est un organisme basé en Australie qui met en place des expositions temporaires à travers le monde, en plus de posséder des musées à Venise, Rome ou encore Florence pour ses expositions permanentes. Si le sujet des expositions est très varié, celles autour de Léonard De Vinci et ses contributions dans divers domaines font la majorité et la notoriété de leurs collections.

S’étant déjà installées dans 57 pays à travers les six continents, les expositions sur l’œuvre de Léonard de Vinci ont déjà atteint plus de cinq millions de visiteurs. L’intérêt majeur de cette organisation semble être par sa variété d’expositions autour du thème de De Vinci, puisqu’elle s’adapte aux moyens et à la taille des galeries, proposant une formule différente selon la situation.

Le site de Grande Exhibitions nous montre ainsi quatre expositions majeures autour de Léonard :

  • Da Vinci Alive (De Vinci Vécu)
  • Da Vinci The Genius (De Vinci le Génie)
  • Da Vinci Inventions
  • The Secrets of Mona Lisa (Les Secrets de Mona Lisa)

Orchestrées par les Musée des sciences et des techniques Léonard de Vinci de différentes villes italiennes et par la société française Lumiere Technology, ses expositions montrent le génie de Léonard dans des domaines très variés (artiste, scientifique, anatomiste, ingénieur, architecte, sculpteur et philosophe) et cela via les nouvelles technologies (projections d’images, jeux de lumière et des sens…) mais aussi, dans le cas des inventions de Léonard de Vinci qui nous intéressent, des reconstitutions de ses projets, qui sont restés pour la plupart sur papier ou bien encore, dont les rares pièces encore existantes sont fermés dans des musées.

Entièrement en anglais pour son côté international, le site de Grande Exhibitions joue surtout un rôle commercial pour les galeries souhaitant y voir leurs expositions. Il est explicite par son design et par son organisation puisque dès la page principale, nous avons une vitrine de toutes les expositions temporaires ou permanentes proposées, amenant par un lien à une page descriptive de chacune d’entre elles, illustrée par de nombreuses photos. Chacune de ses pages nous montre également les caractéristiques des expositions (surface nécessaire, support matériel etc.) et les nouveautés la concernant. Parfois une vidéo promotionnelle montrant clairement l’organisation de l’exposition accompagne sa description.

Ce site est d’ailleurs clairement à jour puisque nous pouvons voir sur la page principale une zone dédiée aux dernières actualités et dont la dernière date de mars 2015.
Cependant, il manque d’informations importantes : création de Grande Exhibition, création du site internet… Nous n’avons non plus aucune page « à propos » ou autre pouvant nous amener à découvrir qui se cache derrière ce site ou derrière l’organisation.
De plus, le site est difficilement trouvable, peut-être car trop peu indexé. Si nous pouvons le trouver tout de suite sur Google ainsi que des liens vers leurs réseaux sociaux, il est bien dommage de remarquer qu’aucun article ou autre site ne parle de l’organisme.

Le logo promotionnel des expositions sur De Vinci, proposées par Grande Exhibitions © Da Vinci the Genius, Grande Exhibitions, Australie.

Si le but est bien commercial et promotionnel pour exporter leurs expositions, Grande Exhibition n’est cependant pas dénué d’intérêts pour notre recherche autour de Léonard de Vinci et ses inventions. En effet, de nombreuses informations sont à récolter dans les descriptions puisque cela reste une source fiable assistée par des musées, en plus des photos et vidéos disponibles pour donner vie aux documents graphiques des codex. De plus, il existe bien un site pour leur plus grande exposition, « Da Vinci Inventions ».

Ce dernier nous amène notamment sur les différents sites de musées et galeries qui proposent actuellement ou proposaient l’exposition (le Rochester Museum & Science Center par exemple), nous offrant encore une fois de nouvelles photos inédites.

Pour conclure, le site de Grande Exhibitions illustre bien ce que l’organisme a à proposer aux galeries et musées, offrant contenus inédits et expérience nouvelle pour les visiteurs. Bien qu’à but surtout promotionnel, il nous avance photos et descriptions générales sur le génie de Léonard. Il est à noter cependant qu’il faudra être curieux et persévérant pour réussir à obtenir ailleurs d’autres contenus sur ces expositions.

La nature et l’invention

Photo de l’exposition à la Cité des sciences et de l’industrie à Paris / Photographie en noir et blanc © tiré de Léonard de Vinci : la nature et l’invention (C. Giorgione, P. Boucheron), La Martinière/Universciences, Paris, 2012.

Cet article du site France Inter est consacré à l’émission Lire avec du 14 décembre 2012, portant sur le catalogue de l’exposition Léonard de Vinci, projets, dessins, machines présentée de 2012 à 2013 à la Cité des sciences et de l’industrie. L’ouvrage, paru le 4 octobre 2012 aux éditions La Martinière, a été réalisé par Patrick Boucheron, maitre de conférence à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il décrit les liens que Léonard de Vinci a tissé entre la nature, la science et la technique, en s’appuyant sur les codex de l’ingénieur et les reconstitutions de ses machines faites au XXème siècle.

Le site de France Inter est un site français qui fonctionne en parallèle avec sa station radio. Il est géré par plusieurs équipes et mis à jour environ toutes les dix minutes. Le design de la page d’accueil du site est simple et efficace, bien qu’emprunt d’une certaine rigidité qui le fait apparaître comme légèrement daté. De nombreux onglets interactifs permettent de se repérer et de naviguer facilement à travers le site. Les couleurs noire et rouge rappellent celles du logo de France Inter et constituent un fil conducteur au sein de chaque page.

L’article qui nous intéresse est relativement ancien et nécessite donc de remonter loin dans les archives du site pour y avoir accès. On peut noter que l’absence d’une barre de recherche par mots-clés fait cruellement défaut. La page présente tout d’abord le bandeau du site puis le visuel de l’émission avant de proposer un podcast de l’émission disponible jusqu’au 9 septembre 2015. Viennent ensuite une présentation de l’auteur du catalogue d’exposition, Patrick Boucheron, et un descriptif de l’ouvrage. A la fin de l’article, un lien vers la page officielle de l’exposition est présent mais celui-ci se révèle être mort. En effet, la page consacrée à l’exposition sur le site de la Cité des sciences et de l’industrie, et plus généralement l’ensemble des archives, sont actuellement en cours de création. De nombreux autres articles sur des thèmes différents sont proposés dans un bandeau latéral ainsi qu’à la fin de l’article, permettant de poursuivre la navigation si on le souhaite.

© Couverture montage photo, Léonard de Vinci : la nature et l’invention (C. Giorgione, P. Boucheron), La Martinière/Universciences , Paris, 2012.

Le public attendu de cet article est clairement adulte et cultivé, le même que celui visé par l’exposition. L’article n’étant pas aisément retrouvable sur Internet, il n’est sans doute consulté que par ceux qui s’intéressent au sujet et à l’émission.
L’émission en elle-même est une présentation du catalogue d’exposition qui retrace les multiples aspects de la personnalité de Léonard de Vinci : dessinateur, peintre, inventeur de machines de guerre et de divertissement ou encore anatomiste. L’ouvrage met en parallèle les liens entre les recherches de Léonard de Vinci et les historiens et chercheurs en botanique ou en bio-robotique. Patrick Boucheron présente son catalogue comme offrant une vision nouvelle des travaux de l’artiste par ses écrits, esquisses, reconstitutions et maquettes. Le livre présente également des applications scientifiques récentes qui essaient elles aussi de reproduire des phénomènes ou des états de la nature.

Ainsi, cet article a le mérite d’être une source intéressante et un bon compte-rendu de l’exposition et du catalogue qui en dérive, en dépit de la présence d’une page qui lui serait officiellement consacrée.

Dans la tête d’un génie (Documentaire)

Tiré de la chaine ARTE, diffusé le 7 mars 2013.

Pendant 1h28, ce documentaire nous montre une supposée façon de penser de Léonard de Vinci, à travers interventions de grands historiens de l’art mais surtout à partir du Codex Atlanticus et de ses dessins, gardé à la Bibliothèque ambrosienne de Milan. Un comédien se prend pour le génie pour essayer de retranscrire et exprimer les pensées de ce dernier.

Le documentaire s’intéresse dans une première partie au rapport qu’a De Vinci avec la nature, notamment ses études et observations qu’il va utiliser pour perfectionner sa peinture, comme le sfumato, avec les jeux de couleurs sur les montagnes grâce aux rayons du soleil, mais aussi le mouvement de l’eau qu’il allie à celui des cheveux. Cependant, outre la peinture, il s’y intéresse également scientifiquement, dans le domaine de la biologie et de géologie, étudiant les origines de la nature par exemple.

On y apprend également qu’il n’avait pas reçu une éducation humaniste et qu’il ne souhaitait pas partager ses inventions avec le reste de la communauté scientifique ou artistique, pensant qu’un jour, elles feraient sa fortune et sa gloire. La deuxième partie traite d’ailleurs de ses machines, la partie nous intéressant donc le plus. Est mentionnée notamment l’inspiration des machines de Brunesllechi pour les premiers travaux de Léonard en architecture et son avancée remarquable pour l’époque, puisqu’il faudra attendre deux siècles à la révolution industrielles pour que les idées de De Vinci soient exploitées : chariot autopropulsé (première automobile), métier à tisser automatique, navette volante, brevetés par John Kay au XVIIIe entre autres. Dans ses dessins, il y présente les machines démembrées et en vue en perspective, en transparence, en coupe pour comprendre son montage.

Une troisième partie est réservée pour sa fascination pour l’air, le ciel et le vol, mêlant nature et ingénierie.
La cinquième partie nous intéresse de nouveau lorsqu’il quitte Florence pour Milan et se penche sur l’invention d’armes, et envoie une lettre au duc de Milan pour intégrer sa cour et vendre ses qualités de génie militaire. Cela concernerait des centaines de dessins dans son codex.
Après une partie sur la sculpture équestre pour Sforza, le documentaire se termine sur Léonard et les proportions et le lien très fort qu’il fait entre mathématiques, biologie et anatomie, et ses nombreuses études de dissection.

Nous avons donc affaire à un documentaire très riche, étudiant tous les aspects du génie du personnage. Bien que tous les sujets ne touchent pas ce que nous recherchons dans notre étude, il est important de voir que chez cet homme, toutes ses recherches et ses travaux y auront un rapport de près ou de loin.